Roye

accueil-mobilité : service gratuit offert à ceux qui vivent une mobilité professionnelle

Vie économique

A Roye, les secteurs de l'agro-industrie et de la logistique sont des secteurs phares marqués par la présence de grands noms (voir dessous). A leurs côtés, quelques entreprises d'activités diverses montrent un certain dynamisme : le site royen du groupe belge Deceuninck spécialiste de l'extrusion de profilés en PVC , site de production et siège social français qui emploie 130 personnes, Ondulys dont l'activité est la production et la transformation d’emballages en carton emploie 110 personnes, Impress

 
 
 
 
La logistique au coeur de Roye
Kuehne + Nagel
Des milliers de produits alimentaires sont stockés sur la plateforme logistique Kuehne + Nagel basée à Roye qui alimente toutes les grandes surfaces Cora de France. Le site emploie 180 personnes.
L'Oréal
Depuis septembre 2010, la plateforme haute qualité environnementale / HQE de Roye, entièrement louée par L’Oréal, est en réalité le regroupement de quatre sites différents en un lieu unique destiné à livrer les trois quarts des produits de luxe L’Oréal dans le monde. 145 personnes y travaillent.
 
 
 
 
L'industrie agro-alimentaire
Saint Louis Sucre
Bien qu'étant la plus ancienne du groupe ; l'usine Roye Sucrerie est aujourd'hui devenue un site ultra moderne qui emploie 105 personnes. Située en face de la sucrerie, une nouvelle usine de conditionnement, gérée par une entité indépendante baptisée Roye Conditionnement et constituée d'une dizaine de lignes de conditionnement, a pour vocation de développer l'activité du groupe vers des sucres à valeur ajoutée, du type sucre calibré ou sucre glace.
SITPA Nestlé
C'est du site de Rosières en Santerre (16 km au Nord-Ouest de Roye) que sort la fameuse purée Mousline, marque phare de Nestlé en Europe. Le site, spécialisé dans la fabrication de flocons déshydratés de pomme de terre distribue non seulement le marché français mais également européen et celui de l'Amérique Latine. 164 salariés permanents y travaillent.

 

 

Roye

La ville de Roye bénéficie d'un accès privilégié : située sur l'A1 d'une part et à dix minutes de la gare TGV Haute Picardie, d'autre part, l'attractivité économique de la ville n'est plus à démontrer ! La notoriété royaise s'illustre également à travers son savoir faire gastronomique. Roye a souvent vu ses restaurateurs remarqués et récompensés par les guides les plus prestigieux. Chaque vendredi matin et le 1er dimanche matin de chaque mois, lun marché se tient place de l'Hôtel de ville. La population de Roye s'élève à 6 300 habitants.

 
 
 
 
Située au cœur d’une région agricole fertile , ville frontière, elle a été en première ligne des guerres contre les ducs de bourgogne, les espagnols, autrichiens, rois d’Angleterre puis des guerres révolutionnaires napoléoniennes ou contemporaines, notamment la Grande Guerre : durant leur retraite de 1917, les allemands détruisirent tout ce qui subsistait à l’intérieur des remparts.
Gracchus Babeuf ; un royen célèbre
Jean Noël Babeuf (1760 - 1797), né à Saint-Quentin dans l'Aisne, exerça sa profession de feudiste* et résida longtemps avec sa famille à Roye, avant de se lancer dans l'action éditoriale à Noyon dans l'Oise, puis il devint archiviste de la Somme à Amiens, puis administrateur de Montdidier. Il était à Paris au moment de la prise de la Bastille. L'ensemble des événements de l'année 1789 orientèrent la vie de Babeuf vers un tournant majeur : il se reconvertit en publiciste et tribun populaire, ce qui l'engagea pleinement dans l'action politique révolutionnaire, à l'échelon picard, puis au niveau parisien et national. Il fut l’animateur de ce qu’on appella la Conjuration des Égaux et mourut guillotiné le 28 mai 1797 à Vendôme.
* Un feudiste est un spécialiste du droit féodal. La fonction de Babeuf consistait à réactiver et actualiser les droits seigneuriaux de différents seigneurs et abbayes.

 
 
 
 
La vie culturelle et sportive
Roye bénéficie de la présence d'un Centre Socioculturel aux animations variées : Graines d'artistes (ateliers pour adultes ou enfants), des spectacles, des formations BAFA et AFPS,... une école de musique, l'orchestre d'harmonie, une bibliothèque, des équipements sportifs (le Gymnase H. Boucher, le stade Guynemer, le centre sportif André Coël, la piscine municipale,...), le colombodrome lieu de compétition et de vente de pigeons,...
 

Liens utiles :

 

 
 
 
 
Roye ; cité gastronomique
Depuis Louis XIV, la route de Paris à Lille traverse Roye, et tous ceux qui s'arrêtaient là trouvaient déjà pour les accueillir des maisons de grande qualité. Rue d'Amiens, on trouvait l'Hostellerie Sainte Geneviève, et au coin de la rue Saint Pierre et de la place d'Armes l'Hôtel du Soleil d'Or était très connu. Ville carrefour, ville relais, Roye a maintenu au fil des siècles cette réputation. Parmi les professionnels royens qui participent aujourd'hui à la renommée gastronomique de la ville, il y a La Flamiche, une étoile au guide Michelin située place de l'Hôtel de Ville, le Florentin situé rue d'Amiens, le Roye Gourmet situé place de la République, la Croix d'Or rue Saint Gilles,...

 

 
 
 
 
La vie culturelle et sportive
Roye bénéficie de la présence d'un Centre Socioculturel aux animations variées : Graines d'artistes (ateliers pour adultes ou enfants), des spectacles, des formations BAFA et AFPS,... une école de musique, l'orchestre d'harmonie, une bibliothèque, des équipements sportifs (le Gymnase H. Boucher, le stade Guynemer, le centre sportif André Coël, la piscine municipale,...), le colombodrome lieu de compétition et de vente de pigeons,...
 
 
 
 

Patrimoine

Attestée dès 1184, reconstruite vers 1535, détruite partiellement durant la Première Guerre Mondiale, l'église Saint Pierre est reconstruite par les architectes parisiens Charles Duval et Emmanuel Gonse de 1931 à 1933 : la nef, le transept et le clocher sont réalisés en béton armé avec des remplissages en panneaux de brique ; seul le chevet subsiste du XVème siècle.

Citée dès le XIIème siècle, l'église Saint Gilles a été reconstruite vers 1490 à la suite d'un incendie. Le partie pris fut celui d'une construction en briques (exceptés les encadrements et les meneaux des fenêtres) et la dotation en façade d'un clocher massif, accessible par un étonnant escalier.

Au XIème siècle, les habitants décidèrent de construire des remparts autour de leur ville, ce qui leur valut une période de paix de trois siècles (voir ci contre).